N°1 - 29e Concours International des Mémoires de l'Economie et de la Finance - Juin 2013

Intervenant d'honneur : André LEVY-LANG, Président de l’Institut Louis Bachelier

 

En collaboration avec la FFE (Fédération Française de l’Edition), le Centre vous propose d’y découvrir à l’occasion du Congrès du Centre le 27 juin prochain toutes les actualités des professions de la Finance et de l’Economie, avec en plus d’une interview inédite d’André LEVY-LANG, Président de l’Institut Louis Bachelier, un zoom original sur le succès du Concours International des MEF et sur la vie interne du Centre des Professions Financières.

 


 

Le mot du Président


        

Edmond-ALPHANDERY-Ancien-Président-Centre-professions-financières-magazine-numero-1

 

Edmond Alphandery, Président du Centre des Professions Financières.

 

Le Congrès à l’occasion duquel paraît ce magazine marque une étape importante dans la vie du Centre des professions financières.

 

Former, informer, réformer, tels pourraient être les leitmotive du MANIFESTE DES PROFESSIONS FINANCIERES que le Centre prend l’initiative de lancer, avec la conviction qu’un nombre toujours croissant d’hommes de bonne volonté s’y rallieront.

 

 

 

Ce congrès aura pour temps forts l’Assemblée générale du Centre, les cérémonies de remise des prix du Concours International des Mémoires sur l’Economie et la Finance, la présentation de l’Année des professions financières 2013 sous forme d’une table ronde sur l’avenir des professions financières.
Cette manifestation témoigne de la volonté du Centre de contribuer à l’indispensable restauration de l’image de nos professions : notre Convention de 2012 a recensé sans complaisance. les responsabilités de chacun dans la crise actuelle Fortes des leçons tirées de la crise, nos professions ont aujourd’hui un rôle décisif à jouer pour le redémarrage de l’économie, la restauration de la confiance et la poursuite de la construction européenne.  Elles représentent un capital humain dont l’expertise et la compétence, bien dirigées,  sont une des clefs du progrès en France et dans la zone Euro.


Encore faut-il que les financiers soient bien formés. Le Centre, en organisant depuis  près de trente ans, à l’initiative de ses plus jeunes membres,  le Concours du meilleur mémoire financier, a rapproché universitaires et praticiens et leur a permis de nouer entre eux des liens étroits et constructifs. Sur ce socle patiemment élaboré nous avons l’ambition d’édifier une coopération plus fructueuse encore. Notre invité d’honneur, André LEVY LANG, président de l’Institut Louis BACHELIER, et Denis KESSLER, président de la SCOR, dont les démarches rejoignent la nôtre,  nous montreront les voies à suivre.


Encore faut-il aussi que les acteurs de l’économie soient bien informés de ce qu’ils sont en droit d’attendre de leurs partenaires financiers et aussi de ce qu’il ne serait pas sage d’exiger d’eux. Le Centre est la seule institution qui regroupe, sans esprit de chapelle, tous les artisans de la finance : du banquier à l’assureur, du gestionnaire d’actifs à l’auditeur et au comptable, du juriste et du fiscaliste au professeur et à l’administrateur. Cette démarche transversale inspire l’ensemble de nos réflexions, de nos publications et des débats que nous animons elle seule permet de mettre en évidence combien le bon fonctionnement d’une place financière globale dépend  d’un partage de valeurs communes d’un bout à l’autre de la chaîne et du respect par chacun des maillons du professionnalisme des autres chaînons. Nous voulons intensifier  nos efforts pour que ce message soit mieux perçu à l’intérieur comme à l’extérieur de nos professions,  et cibler de façon toute particulière le monde éducatif : c’est en transmettent à la jeune génération, dont dépend l’avenir de notre économie, non seuleement de solides connaissances mais aussi l’expérience de leurs aînés que  nous les préparerons le mieux à affronter  leurs responsabilités futures.

 

Encore faut-il enfin que des réglementations insuffisamment réfléchies ou appliquées et des calculs politiques à courte vue ne viennent pas fausser la rationalité des décisions des responsables financiers. Le rôle de ces derniers est de favoriser la croissance économique en réduisant les risques des entrepreneurs et en orientant l’épargne vers les investissements productifs. Il n’est pas d’embellir les réalités par d’ingénieux artifices ni d’hypothéquer l’avenir pour différer les ajustements nécessaires. Ces principes simples doivent être au cœur de toute réflexion sur l’encadrement ou la régulation des activités financières. Le Centre ne se lassera pas de les rappeler.

 

Retour aux Magazines des Professions Financières

Télécharger ce numéro: