Magazine n°10 - De l'innovation au développement : le rôle de la finance

Intervenant d'honneur : Romain NICCOLI, Président Fondateur de Critéo

 
Le Centre des Professions Financières est heureux de vous présenter le nouveau numéro du Magazine des Professions Financières & de l’Économie. Ce Magazine n°10 aborde le passage de l’innovation au développement, et le rôle que la finance a dans celui-ci, tant au niveau des structures aidant les entreprises et start-up, qu’au niveau de la règlementation.
 
Comme nous en avons l'habitude, nous avons interrogé différents acteurs qui se trouvent au cœur de ce débat, comme Marie-Anne BARBAT-LAYANI (FBF), Pierre PELOUZET (Médiation des Entreprises), Nathalie BEAUDEMOULIN (ACPR), Philippe MUSTAR (Mines ParisTech), Denis LAPLANE (BNP Paribas), et bien d’autres… Vous retrouverez tous leurs points de vue et bien plus encore, en téléchargeant la version numérique de la dixième édition du Magazine des Professions Financières & de l’Économie.
 
 

 

Inventer, c’est bien. Innover, c’est mieux.

 

Patrice RENAULTSABLONIÈRE, Président du Cercle des Membres

 

Il y a environ 4 mois, en écoutant la radio, j’apprends que La Poste émet un timbre en l’honneur d’un certain Barthelemy THIMONNIER, qui, paraît-il, fut l’inventeur de la machine à coudre.


On nous explique que celui-ci travailla, durant la première moitié du 19e siècle, comme couturier-tailleur journalier dans la région lyonnaise et devint rapidement hanté par l’idée de coudre mécaniquement. C‘est dans ce contexte qu’il inventa en 1830 la première machine à coudre au monde.


S’en suivit tout un déroulement au cours duquel il réussit à vendre ses machines à un atelier qui devint ainsi le premier atelier mécanique de confection au monde.


Malheureusement, les ouvriers de cet atelier détruisirent celui-ci, craignant de perdre leur emploi en utilisant ces machines.


THIMONNIER termina sa vie tristement à 63 ans en retournant à son métier de tailleur traditionnel, sans avoir pu connaître l’immense développement de la machine dont il était à l’origine.


En poussant notre curiosité, on découvre que la France est à l’origine des inventions suivantes : La photographie, la photographie couleur, la machine à imprimer, le film, la machine à calculer, la bicyclette, le braille, l’automobile, le champagne, l’avion, la radioactivité, la boite de conserve, le soutien-gorge, le bikini, la carte à puce, les allumettes, le parachute, le stéthoscope, l’hélicoptère, le micro-ordinateur, la poubelle, de nombreux vaccins ou médicaments, la boisson à l’origine du Coca Cola ; et donc la machine à coudre… Et je ne cite que celles qui me viennent à l’esprit !...


Avec tous les scientifiques ou inventeurs de génie que la France a produit, nous n’avons que très rarement su, à travers les siècles, promouvoir, transformer, gérer et commercialiser ces inventions.


De nombreuses raisons tant historiques, sociales ou techniques, peuvent expliquer ce déficit bien regrettable pour l’économie de notre pays.


De l’invention à l’innovation, il n’y a qu’un pas.

Pour résumer, on peut dire que l’inventeur crée un objet ou un système sans vraiment se préoccuper du devenir de son invention. Celui qui innove pense au développement de l’invention, même si, pour certains comme THIMONNIER, au stade de l’innovation, ce ne fut pas un
succès personnel. 

 

Retour aux Magazines des Professions Financières

Télécharger ce numéro: